(untitled)

 

Fort Albany, Amérique du Nord; illustration tirée de la couverture du livre comptable d'Albany, 1791-92.

HBCA B.3/D/102 cover

Charles Fort (plus tard nommé Rupert House) est le nom donné à l'endroit où l’équipage du Nonsuch passe l’hiver 1668-1669. En 1673, HBC fonde un deuxième établissement, Moose Factory, à l'extrême sud de la baie d’Hudson. La Compagnie construit un troisième poste en 1674, dans l’île Bayly, sur la rivière Albany.

Le fondateur de Fort Albany, Charles Bayly, surnommé « le gouverneur de la Baie », est alors commandant de HBC en Amérique du Nord. La construction de cet établissement et d’autres postes de traite importants à l’embouchure des affluents majeurs de la baie d'Hudson revêt d’abord une importance stratégique, puisqu’elle vise à faciliter le commerce avec les Premières Nations qui redescendent les rivières chaque printemps. D'abord connu sous le nom de « Chichewan », un mot cri désignant la rencontre de nombreux cours d’eau formant une rivière qui se jette dans l'océan, le poste est rebaptisé Fort Albany en 1873 en l'honneur de Son Altesse Royale James, duc de York et Albany (le futur roi Jacques II), devenu gouverneur de la Compagnie à la mort du prince Rupert.

 

Dès 1684, Henry Sergeant, le nouveau gouverneur d’outre-mer, déménage le poste de traite du côté sud de la rivière, à environ 6,5 km de son embouchure, afin de le rendre plus accessible. Bientôt, les tensions grandissantes entre Français et Anglais en sol nord-américain, engendrées principalement par le succès croissant du commerce des fourrures pratiqué par les Britanniques, dégénèrent en une guerre qui embrase toute la région de la baie d’Hudson. En 1686, Fort Albany est pris par les Français, alors commandés par le Chevalier de Troyes, qui le rebaptise Fort Sainte-Anne. Profitant de la débâcle du printemps, De Troyes et son « armée » formée d’environ 30 soldats professionnels, dont Pierre Le Moyne, sieur d’Iberville, de 70 « irréguliers » canadiens et d’une poignée de guide autochtones quittent Montréal en canot pour entreprendre un voyage de plus de 1 280 km. Quatre-vingt-deux jours plus tard, ils surgissent de la forêt et mènent une attaque victorieuse sur Moose Factory et Rupert House avant de marcher sur Fort Albany.

Vue hivernale de Fort Albany, côté Sud-Est, par William Richards.

HBCA P-118

Pendant les quelques années qui suivent, Français et Anglais s’échangent successivement la possession des forts riverains de la baie d’Hudson. Fort Albany est repris par James Knight en 1693 et demeure la propriété de HBC jusqu’à la ratification du Traité d’Utrecht, quimet fin aux hostilités en 1713. Entre 1697 et 1714, Fort Albany est le seul poste de traite de HBC à demeurer opérationnel, et c’est Knight qui en est le seigneur.

Fort Albany refait parler de lui en 1743 avec l’établissement du poste satellite de Henley House, à la jonction des rivières Albany et Kabinakagami, quelque 240 km en amont. Rendu vulnérable par les incursions françaises dans l’arrière-pays, Fort Albany voit ses affaires pâtir de l’augmentation du nombre de « revendeurs » canadiens dans la région. Pour remédier à la situation, Joseph Isbister, alors maître de Fort Albany, entreprend de faire construire un nouveau poste. Henley House a pour principale fonction d’inciter les Premières Nations à continuer à se rendre jusqu’à la baie d’Hudson pour y commercer; l’établissement ne se veut donc pas un lieu de traite en soi. Qui plus est, l’isolement du poste pose des problèmes complexes liés au choix de l’emplacement, à l’approvisionnement et aux communications. Par conséquent, Henley House ne fonctionnera jamais pleinement comme un poste de traite. En 1754, les frasques sexuelles du gérant William Lamb donnent lieu au pillage de Henley House et au massacre de ses habitants par les tribus locales. Cet échec met fin abruptement à toute tentative d’établissement à l’intérieur des terres. Plus de 30 ans passeront avant que la Compagnie n’ouvre son premier poste de traite dans l’arrière-pays, soit Cumberland House, dans le Nord de la Saskatchewan, en 1774.

Au gré du développement du commerce des fourrures dans l’intérieur de l’Ontario, le transport de marchandises devient, entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, une activité importante dont Fort Albany est le centre névralgique. La rivière n’étant pas assez profonde à la hauteur de Fort Albany, les biens en provenance de Londres transitent par Moose Factory, où ils sont réacheminés à Fort Albany au moyen d’embarcations plus petites qui empruntent ensuite les cours d’eau jusqu’aux postes de Martin’s Falls, Fort Hope, Osnaburgh et Lac Seul situés à l’intérieur des terres. Cette pratique demeure jusqu’à l’arrivée du chemin de fer, qui remplacera graduellement la plupart des routes de transport fluviales. Au milieu du XXe siècle, des liaisons aériennes régulières se greffent au réseau de transport par train. 

Fort Albany tient lieu de siège administratif du district d’Albany de 1674 à 1901, année de son intégration au district de la Baie James, dont le chef-lieu est Moose Factory.

Transaction à Albany, vers 1905.

HBCA 1987/363-A-6.1/1

En 1905, la réserve indienne numéro 67 de Fort Albany est fondée par le Traité no 9. Au cours des années 1950, la réserve est scindée en deux collectivités aujourd’hui appelées Fort Albany et Kashechewan. La Première Nation de Fort Albany occupe la rive sud de la rivière Albany, à une quinzaine de kilomètres en amont de la baie d'Hudson. La réserve compte quelque 900 habitants regroupés dans trois secteurs : la partie continentale, l'île Anderson et l'île Sinclair. Kashechewan, avec 1 200 habitants, est située à proximité, sur la rive nord. Les deux villages se trouvent à environ 150 km au nord de Moosonee.

Poste de traite d'Albany, vers 1925.

HBCA 1987/363-A-6/13

De l’établissement du fort en 1674 jusqu’à la vente de la division des Magasins du Nord en 1987, la présence de HBC à Fort Albany connaît une seule période d’interruption durant l’occupation française. En 1965, HBC ouvre un deuxième magasin dans le nouveau village de Kashechewan. Aujourd’hui, la North West Company, qui a repris les activités de commerce de détail et de commerce des fourrures de HBC dans le Nord, exploite des magasins de la chaîne Northern dans ces deux collectivités.

 

 

Search Careers Shop About More