(untitled)

 

Portrait Prince Rupert: Son Altesse Royale le prince Rupert, studio de Anthony van Dyck, date inconnue Huile sur toile

Portrait du Prince Rupert : Son Altesse Royale le prince Rupert, studio de Anthony van Dyck, date inconnue
Huile sur toile

Comte palatin du Rhin, duc de Bavière, duc de Cumberland, comte de Holderness, «notre cher et aimé cousin le prince» : ce ne sont là que quelques-uns des noms et des titres honorifiques que porta le prince Rupert, premier gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson.

Rupert du Rhin, ou Ruprecht von Wittelsbach, pour lui donner son nom allemand, est le troisième fils de Frédéric V, électeur palatin, et d'Élisabeth Stuart, fille de Jacques Ier d'Angleterre et sœur du roi Charles Ier. Il naît à Prague, capitale de Bohême, le 17 décembre 1619, à peine six semaines après que ses parents aient été couronnés roi et reine de Bohême.

Comme Frédéric est protestant, les nobles protestants de Bohême l'ont pressé d'accepter la couronne. Malgré la menace qu'incarne son puissant voisin catholique, Ferdinand II, empereur de Habsbourg, Frédéric accepte. Cet incident déclenche ce qui deviendra la guerre de Trente Ans. Au printemps de l'année suivante, Ferdinand commande aux monarques de quitter Bohême et réunit une armée de partisans catholiques pour les chasser. En dépit d'une petite troupe anglaise envoyée par le roi Jacques pour les aider, ils sont vaincus en novembre 1620 et contraints à s'exiler. À partir de ce moment, Frédéric et Élisabeth sont surnommés «roi et reine d'hiver».

En raison de ces événements, le prince Rupert grandit avec sa famille en exil aux Pays Bas. À l'âge de 14 ans, il commence sa carrière comme soldat et combat pour le prince protestant d'Orange au siège de Rhénanie en 1633, puis à Breda en 1637. En 1636, il rend visite à sa parenté anglaise. Le jeune homme de 16 ans fait bonne impression sur son oncle, le roi Charles Ier. En 1638, Rupert s'engage dans l'armée suédoise, mais est pris par l'armée de l'empereur et emprisonné à Linz, en Autriche, pendant près de trois ans. Durant sa captivité, il étudie des manuels militaires. En 1641, il est enfin libéré après avoir juré qu'il ne reprendra jamais plus les armes contre l'empereur.

Le Prince Rupert, gravure de R. Dunkarton (d'après le portrait peint par Sir Peter Lely), 1813 ACBH P-173

Le Prince Rupert, gravure de R. Dunkarton (d'après le portrait peint par Sir Peter Lely), 1813
ACBH P-173

Un an plus tard, la guerre civile anglaise éclate. Rupert retourne à Londres pour soutenir la cause royaliste et se fait nommer général de cavalerie par le roi Charles Ier. Ses victoires au Powick Bridge (1642), à Edgehill et à Bristol (1643) lui valent une réputation de brillant stratège. Reconnaissant ses réussites, le roi le désigne comme commandant en chef. Toutefois, le cours de la guerre change et, en 1645, Rupert doit livrer Bristol aux parlementaires. Le roi, encouragé par les courtisans et les conseillers qui s'opposent au prince étranger, le congédie abruptement. Rupert est banni d'Angleterre par le Parlement en 1646.

Malgré le traitement que lui inflige le roi, Rupert est basé à Kinsale en Irlande dès 1648, où il entreprend une carrière dans la marine. La flotte royale qu'il commande a pour mission de harceler les navires du Commonwealth dans la Manche. Vaincu en 1649 par l'amiral Sir Robert Blake, il se dirige vers la Méditerranée, puis les Antilles. À cette date, le roi Charles Ier est mort, ayant été exécuté par le Parlement. Cependant, Rupert continue à servir la cause de ses parents Stuart avec loyauté; il continue ses activités comme corsaire afin d'appuyer la cause royaliste jusqu'à son retour en Europe en 1652.

Pendant quelques années, Rupert fait partie de la cour en exil de son cousin, le roi Charles II. Comme les deux hommes se querellent, Rupert part vers l'Allemagne et s'installe à Mayence en 1654. Au cours des six années suivantes, il s'adonne à son éternelle passion pour les arts et la science. Il s'intéresse particulièrement à la chimie et au mezzo-tinto, méthode de gravure qu'il introduira plus tard en Angleterre.

La restauration de la monarchie Stuart a lieu en 1660. Rupert retourne en Angleterre à l'invitation du roi Charles II qui lui accorde une rente, le nomme au conseil privé et le désigne comme amiral de la flotte. Il commandera la marine lors des deuxième et troisième guerres hollandaises, soit de 1665 à 1667 et de 1672 à 1674; il sera aussi premier lord de l'Amirauté de 1673 à 1679.

Toujours intéressé par les expériences scientifiques, Rupert devient membre fondateur de la Royal Society. Il expérimente la fabrication de la poudre noire, l'alésage des fusils et la coulée des balles et invente une forme de cuivre modifié que l'on nommera «métal du prince». On lui attribue également la création des «gouttes de Rupert», globules de verre fondus, solidifiés dans l'eau. Certains croient que ces globules sont à l'origine du verre pare-balles.

C'est principalement la passion de Rupert pour la science qui le conduira à effectuer des investissements commerciaux outre-mer dans les Carolines et en Afrique. Étant donné ses nombreux intérêts et son désir de voir l'Angleterre et les Stuart en position de force, il trouve les propositions de Radisson et des Groseilliers très alléchantes. Il contribue grandement à la rencontre des deux hommes et de leurs bailleurs de fonds avec son cousin le roi et d'autres gens de la cour. Finalement, tous s'uniront pour former le consortium original qui soutiendra le voyage d'exploration du Nonsuch en 1668.

Ici, les relations de Rupert avec la marine se révèlent extrêmement précieuses. Il peut en effet convaincre le roi Charles de donner en location l'Eaglet et prend les dispositions pour acheter de son propriétaire un ancien navire de la Marine royale, le Nonsuch. Grâce à une autorisation spéciale datée du 21 juillet 1682, Rupert, à titre d'amiral, accorde à la Compagnie la permission d'utiliser l'enseigne modifiée pour ses forts et ses navires entrant dans le détroit d'Hudson. Aucune autre entreprise n'a jamais obtenu un tel privilège.

Selon les termes de la Charte royale rédigée le 2 mai 1670, le roi Charles II nomme Rupert, «notre cher et aimé cousin le prince», premier gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Cette nomination sera par la suite maintenue par le Comité et Rupert occupera le poste jusqu'à sa mort en 1682, juste avant son 63e anniversaire.