(untitled)

Harris H. Fudger, date inconnue

Harris H. Fudger, date inconnue

En 1897, la Robert Simpson Company Limited affiche une grande prospérité. Le magasin situé au coin des rues Queen et Yonge a été rebâti après l'incendie de 1895 et la Compagnie célèbre ses 25 ans. Toutefois, le fondateur et participant actif de l'entreprise, Robert Simpson, meurt subitement. Comme il n'a pas d'héritier de sexe masculin, et qu'aucune des femmes de sa famille ne manifeste d'intérêt envers la gestion de ce type de commerce, son décès crée un vide qui ne sera comblé qu'en 1898, lorsque trois hommes d'affaires de Toronto rassemblent leur argent, contractent des prêts et achètent l'entreprise pour 135 000 $. L'arrivée de H. H. Fudger, J. W. Flavelle et A. E. Ames marque le début d'une nouvellè ère.

Ces trois jeunes gens sont tous des hommes d'affaires qui font leur marque sur la société torontoise. Toutefois, Harris H. Fudger devait faire la sienne sur Simpson également. C'est en effet lui qui assume le titre de président et il participe activement à la gestion de la Compagnie. Il demeurera en poste jusqu'en 1929, année où il devient président du Conseil jusqu'à son décès en 1930. Âgé de 47 ans au moment où il devient président, M. Fudger était déjà propriétaire d'un commerce de gros vendant des biens de fantaisie. Afin d'éviter que sa participation à une entreprise de détail ne nuise à ses activités dans le commerce de gros, il rebaptise son entreprise The Fancy Goods Company of Canada et devient associé passif.

Ancien magasin Simpson, Toronto, au coin des rues Richmond et Yonge, vers 1908

Ancien magasin Simpson, Toronto, au coin des rues Richmond et Yonge, vers 1908

Que fait Fudger dans sa nouvelle carrière? Sous son leadership, Simpson poursuit sa croissance rapide. Le magasin de la rue Queen (aujourd'hui exploité sous la bannière de la Baie d'Hudson) subit cinq agrandissements entre 1899 et 1928, soit la période que Fudger passe au gouvernail. Par suite des rénovations, le magasin devient l'établissement qu'on connaît aujourd'hui, soit celui qui occupe un quadrilatère entier bordé par les rues Queen au nord, Richmond au sud, Yonge à l'est et Bay à l'ouest.

Simpson connaît également une expansion géographique pendant cette période. L'entreprise achète le magasin John Murphy, à Montréal, et continue à l'exploiter sous son nom original jusqu'en 1929, année où il est rebaptisé The Robert Simpson Montreal Limited. En 1916, la Compagnie érige également des établissements d'achat par catalogue à Regina et à Toronto; celui de Toronto remplace le bâtiment existant sur Front Street. Trois ans plus tard, un nouveau magasin ouvre ses portes à Halifax.

Les politiques de la Compagnie subissent également des changements importants à cette époque. En 1916, le fils de M. Fudger, prénommé Richard mais souvent appelé Dick, envoie à son père un rapport soulignant les pratiques progressistes d'embauche du Broadway Store, entreprise prospère de Los Angeles et propriété d'un ancien citoyen canadien. Moins de un an après avoir reçu le rapport, Fudger établit une fondation et fait l'achat d'une vaste demeure sur Sherbourne Street à Toronto. Le Sherbourne House Club devait offrir un foyer pour les jeunes filles, provenant principalement des campagnes, dont le travail contribuait à la prospérité de la Compagnie. Dans les mois précédant immédiatement la Première Guerre mondiale, Fudger instaure plusieurs programmes d'avantages pour les employés; en 1919, il met sur pied le programme d'épargne et de partage des bénéfices, qui deviendra un modèle pour d'autres entreprises.

Magasin Simpson agrandi jusqu'à Yonge Street et le long de Richmond Street, vers 1923

Magasin Simpson agrandi jusqu'à Yonge Street et le long de Richmond Street, vers 1923

Malgré tous ses accomplissements, il est parfois suggéré que la plus grande contribution de H. H. Fudger au développement de Simpson a été d'amener Charles L. Burton à l'entreprise. Excellent juge de caractère, M. Fudger embauche en effet M. Burton alors que celui-ci n'a que 14 ans et le met au travail dans son commerce de biens de fantaisie. En 1912, Burton rejoint Fudger chez Simpson, et lui succède au poste de président en 1929. Il demeurera au service de la Compagnie, de façon active ou honorifique, jusqu'en 1969. Mais ce n'est pas de lui qu'il est question ici.

Quel genre d'homme était donc H. H. Fudger pour accomplir tant de choses? On dit de lui qu'il avait des idées libérales en politique, radicales en religion et prudentes en affaires. Il était exigeant et infatigable dans sa vie professionnelle. Voici ce que C. L. Burton a dit de lui dans son autobiographie, intitulée «A Sense of Urgency» :

Il s'attendait à ce que tout le monde travaille pour lui jusqu'à ce que le travail soit terminé. Mais il était encore plus exigeant envers lui-même qu'envers les autres. On ne pouvait jamais lui servir l'excuse qu'on était trop occupé, parce qu'il répondait ceci : «Vous auriez dû me l'apporter, je l'aurais fait». En affaires, il maintenait une attention stricte et constante et exigeait que ses employés puissent justifier de chaque heure et de chaque dollar. Il détestait le gaspillage.

Fudger était également un homme très privé. Il évitait l'attention publique et fuyait le service public sous toutes ses formes, ce qui était particulier puisque tant de gens d'affaires connus tournaient leurs énergies vers ce type de postes à l'époque de la guerre. (C'est notamment le cas de J. W. Flavelle, fait baronnet pour ses efforts à la Commission impériale des munitions.) En coulisses cependant, il était généreux et sa nature philantropique s'est développée à mesure qu'il vieillissait. De nombreux organismes torontois ont bénéficié de sa générosité; c'est le cas du Musée des Beaux Arts de l’Ontario, auquel il a fait don de l'aile Fudger à la mémoire de son fils Dick, qui avait lui-même été artiste.

Agrandissement du magasin Simpson, 1928

Agrandissement du magasin Simpson, 1928

H. H. Fudger a vécu sa vie professionnelle à une époque à la fois excitante et souvent périlleuse de l'histoire économique de Toronto. La survie et la prospérité de Simpson devaient beaucoup à sa direction. À sa mort en 1930, le président de l'époque, C. L. Burton, a ordonné l'arrêt immédiat de toutes les activités de la Compagnie jusqu'à ce que les funérailles aient eu lieu la semaine suivante. Il s'agit-là d'une preuve du grand respect que ceux qui connaissaient Fudger lui vouaient.

Membre éminent de l'église méthodiste de Sherbourne Street à Toronto, Fudger y occupa la fonction de trésorier pendant de nombreuses années, siégea à son conseil d'administration et, au cours de son enfance, participa activement à l'école du dimanche de cette église. Madame Hannah Fudger, conjointe de H.H. Fudger, lui fit d'ailleurs don d'un vitrail à la mémoire de son mari et de leurs quatre enfants : Ernest George, Eleanor Wickens, F. Ruth et Richard Barry. Il fut installé sur le mur sud de l'église en septembre 1931.